ACANTHE HOTEL BORDEAUX

četvrtak, 03.11.2011.

LE MAS DE PIERRE HOTEL - LE MAS DE


Le mas de pierre hotel - Manor hotel datchet - Yosemite motel.



Le Mas De Pierre Hotel





le mas de pierre hotel






    pierre hotel
  • The Pierre is a luxury hotel in New York City located at 2 East 61st street, owned by Taj Hotels Resorts and Palaces of India. Situated on Fifth Avenue at 61st Street, facing Central Park, the hotel opened in 1930. It stands 160 meters tall.





    le mas
  • Le Mas is a commune in the Alpes-Maritimes department in southeastern France.





    de
  • Delaware: a Mid-Atlantic state; one of the original 13 colonies

  • (des) diethylstilbestrol: a potent estrogen used in medicine and in feed for livestock and poultry

  • (des) diethylstilbesterol: synthetic nonsteroid with the properties of estrogen; formerly used to treat menstrual problems but was found to be associated with vaginal cancers in the daughters of women so treated during pregnancy

  • Defensive end

  • Delaware (in official postal use)











Le Jour ni l'Heure 4335 : château Lyautey, ou de Thorey-Lyautey, 1920-1924, résidence du maréchal Lyautey, 1854-1934, Meurthe-&-Moselle, dimanche 18 avril 2010, 18:33:13




Le Jour ni l'Heure 4335 : château Lyautey, ou de Thorey-Lyautey, 1920-1924, résidence du maréchal Lyautey, 1854-1934, Meurthe-&-Moselle, dimanche 18 avril 2010, 18:33:13





Hubert Lyautey, Wikipedia

Naissance :17 novembre 1854
Nancy, France
Deces : 27 juillet 1934 (a 79 ans)
Thorey, France
Origine : France
Grade : general de division
Service : 1873-1925
Conflits, Guerres coloniales
Premiere Guerre mondiale
Commandement14e Regiment de Hussards
DistinctionsMarechal de France
Grand officier de la Legion d'honneur
Medaille militaire
HommageInhume aux Invalides depuis 1961.
Autres fonctionsMinistre de la guerre
Elu a l'Academie francaise (fauteuil 14)
Louis Hubert Gonzalve Lyautey (17 novembre 1854 a Nancy - 27 juillet 1934 a Thorey) est un militaire francais, officier pendant les guerres coloniales, resident general au Maroc en 1912, ministre de la guerre lors de la Premiere Guerre mondiale, puis marechal de France en 1921, academicien et president d'honneur des Scouts de France. Sa devise, empruntee au poete anglais Percy Bysshe Shelley1, est restee celebre : « La joie de l'ame est dans l'action. »

Sommaire

1 Biographie
1.1 Une education militaire
1.2 Carriere
1.3 Maroc
1.4 La fin de sa vie en Lorraine
1.5 Le retour a la foi de l'enfance
1.6 Vie privee
1.6.1 Selon les historiens
1.6.2 En litterature
2 Son idee de la France
3 Distinctions
4 Heritage - Hommages
5 ?uvres
6 Bibliographie
7 Galerie
7.1 Notes et references
7.1.1 Notes
7.1.2 References
8 Liens externes
9 Lien interne
Biographie

Une education militaire

Issu par son pereNote 1 d'une famille d'origine franc-comtoise (commune de Vellefaux) installee en Lorraine et qui s'etait illustree lors des campagnes du Premier Empire, descendant d'une famille de la noblesse normande par sa mereNote 2, Louis Hubert Gonzalve Lyautey, neveu, petit-filsNote 3 et arriere-petit-fils d'officiers generaux, fait a l'age de deux ans une chute du balcon du premier etage de l'hotel de la Reine, place Stanislas a Nancy, ou habite alors sa famille. Heureusement soigne par le chirurgien Velpeau5, il doit cependant porter un corset pendant dix ans, ce qui l'oblige a rester frequemment alite mais lui donne le gout des livres. Cet accident va avoir des consequences a la fois sur son temperament et sur sa psychologie. Immobilise, il passe son temps a lire des livres d'histoire et est grise par l'epopee napoleonienne mais aussi par les recits des explorateurs, des voyageurs et des missionnaires. Dans le meme temps, le petit Hubert est choye par sa grand-mere maternelle, sa mere et sa tante Berthe.

Son pere l'inscrit au lycee Sainte Genevieve situe alors a Paris dans le 5e arrondissement pour qu'il y prepare le concours d'entree a l'ecole Polytechnique et qu'il devienne ingenieur. Mais, marque, comme la plupart des jeunes gens de sa generation, par la defaite francaise de 1870, et doue d'une volonte tenace, Lyautey reussit en 1873 a entrer a l'Ecole speciale militaire de Saint-Cyr pres de Versailles. Bien que ses resultats y soient excellents, Lyautey ne s'y plait pas et nourrit sa reflexion de reves de grandeur et d'une profonde recherche spirituelle.

C'est l'epoque ou il rencontre Prosper Keller ou encore Albert de Mun, avec qui il frequente les cercles catholiques. Sorti de l'ecole et menant a Paris la vie mondaine d'un jeune officier de son rang, mais en pleine quete spirituelle, Lyautey ne cache pas ses opinions catholiques et legitimistes, alors que la France est devenue republicaine. D'apres certains historiens, il se pose egalement serieusement la question de la vocation religieuse ; aussi fait-il a deux reprises une retraite en montagne, au monastere de la Grande Chartreuse.

Carriere

En 1875, classe 29e sur 281, il sort de Saint-Cyr et est affecte au 26e Bataillon de Chasseurs a Pied. Deux ans plus tard, il devient lieutenant et, a l'occasion d'un conge, il entreprend de faire un voyage a travers l'Europe, en direction de l'Autriche, dans le but secret de rencontrer le comte de Chambord en exil... Finalement il renonce et part deux mois en Algerie avec son camarade Prosper Keller. Cette premiere decouverte de l'Algerie est un enchantement.

De retour, il ne reste que peu de temps en France puisque le 2e Regiment de Hussards ou il est affecte est transfere en Algerie.

Il passe deux annees en Algerie d'abord a Orleansville, puis a Alger. Il critique la politique coloniale francaise et prone un "systeme plus civilise et plus humain". Lyautey est conquis par l'orientalisme et transforme ses appartements en palais des mille et une nuits tout en se montrant tres respectueux de la civilisation locale et de la religion musulmane.

En 1882, promu capitaine, il est mute au 4 e Regiment de Chasseurs a Cheval a Bruyeres, dans les Vosges. Profitant de permissions pour se rendre en Italie, il voyage vers Rome en faisant etape en Autriche a Goritz, lieu de l'exil du comte de Chambord. Celui-ci, averti des rumeurs de prochain Ralliement du pape a la Republique, charge Lyautey d'une mission aupres de Leon XIII qui le recoit en audience le 18 mars 1883. Lyautey en sort visiblement decu, pressentant que l'opinion du pape est deja faite.
Lyaut











Cyril Lignac, chef du restaurant Le Chardenoux




Cyril Lignac, chef du restaurant Le Chardenoux





Cyril Lignac a ouvert depuis peu un restaurant dans le 11eme arrondissement, a deux pas du Grand Hotel Francais. Le Chardenoux, date de 1908 et inscrit aux monuments historiques, est un vrai beau bistrot parisien comme on n’en fait plus (ou presque). Renove avec passion par le nouveau maitre des lieux, il delivre midi et soir une cuisine du marche, fraiche et spontanee, dans une atmosphere de convivialite.

Comment est nee l’aventure du Chardenoux ? Est-ce le lieu qui a inspire votre cuisine ou votre envie de cuisine traditionnelle qui vous a mene a ce lieu ?

C.L : C’est un peu les deux et surtout, un joli concours de circonstances. Apres cinq annees passees au Quinzieme, mon premier restaurant, j’avais envie d’ecrire une nouvelle partition. J’etais a la recherche d’un bistro authentiquement parisien, une sorte de vieux joyau intemporel charge d’histoire, dont l’atmosphere « old style » puisse se preter a une belle cuisine de terroir. On m’a parle d’une opportunite a Bastille (je n’etais pas specialement attire par le 11eme), c’etait le Chardenoux. Un etablissement magnifique, dans son jus, une perle rare, qui m’a fait penser a la vieille voiture que je possede depuis des annees. C’etait un peu le prolongement de ma passion pour les objets anciens. J’ai entrepris de renover l’etablissement en conservant tout ce qui fait le charme de l’endroit. On a fait appel aux artisans de la rue Ledru Rollin pour refaire le cuir vieilli des banquettes, on est alle au Marche Saint-Pierre acheter les tissus pour les rideaux, j’ai effectue des recherches a la BNF pour retrouver les photos d’epoque du Chardenoux (qui sont aujourd’hui sous cadres dans le restaurant), j’ai chine de vieilles machines a cafe et a decouper le jambon. Le Chardenoux, c’est comme ma maison.

Vous faites ici une cuisine de bistrot, on est loin de la Cuisine Attitude du Quinzieme…

C.L : J’adore la cuisine gastro, car c’est l’exigence absolue, mais j’aime tout autant la simplicite et la convivialite de la cuisine bistrot. Le Chardenoux, c’est petit (35 couverts), intime, confidentiel, les tables collees, le vin au verre, le digestif au comptoir qui donne envie de s’attarder. C’est une belle cuisine de bistrot, ni cochonailles, ni tendance, avec des plats d’autrefois servis dans des cocottes en argent qu’accompagnent les Laguioles de mon pays natal. Le Chardenoux appelle ce genre de cuisine, sobre, authentique, respectueuse des produits, comme les belles asperges blanches des Landes ?uf mimosa et vinaigrette tiede que je sers en ce moment. Mais, ne vous y trompez pas, le lien avec mon autre restaurant existe puisque c’est le sommelier du Quinzieme qui s’occupe de la cave du Chardenoux. Et la, je vous laisse imaginer…

Lorsqu’on evoque votre cuisine, on entend souvent parler de « cuisine genereuse ». D’ou vient cette generosite ?

C.L : Etre chef depasse pour moi les portes de la cuisine, j’ai besoin d’etre a l’ecoute des clients, de sentir que je travaille dans un vrai lieu de vie. Manger, c’est aussi parler, rire, savourer, parfois meme s’engueuler. C’est l’un des meilleurs plaisirs de la vie, il faut donc savoir etre genereux ! Sans doute cette generosite dont vous parlez me vient aussi de mon education, chez moi, on aime les grandes tablees, mon pere qui fut artisan aimait la matiere, le toucher, et ma mere adorait ecouter les gens et recevoir. Aujourd’hui, je m’eclate au Chardenoux, c’est mon moment de detente, il m’arrive meme de faire le service pour apprecier la bonne humeur qui regne entre les tables sur fond de chansons francaises (Dutronc, Gainsbourg…) et de pop anglaise. Cette ambiance decontractee facilite le melange naturel entre la clientele de quartier et la clientele de passage. Recemment, on a recu un couple d’Australiens qui avait decide depuis Sydney de reserver au Chardenoux pour feter son anniversaire de mariage ! Le bouche-a-oreille sans doute…

En parlant de bouche-a-oreille, nous direz-vous quel est votre plat prefere ?

C.L : La moussaka d’aubergines a l’agneau au cumin. Un plat delicieux, representatif du sud, on se sert directement dans le plat, a deguster avec une salade, et en dessert, une tarte au citron meringue ou un eclair au caramel, le repas d’ete par excellence. J’aime d’ailleurs beaucoup creer une cuisine de saison. Je suis en train de mettre au point pour l’ete un hamburger au b?uf de l’Aubrac qui sera confectionne avec le pain d’un de mes amis boulangers et accompagne d’une salade de mon potager. Ce sera parfait pour un dejeuner en terrasse, non ?

Et si c’est plein chez vous, une ou deux adresses a recommander dans le quartier ?

C.L : L’apero au Pure Cafe est l’un de mes rendez-vous favoris dans le quartier. J’ai aussi des voisins qui font une belle cuisine comme le Bistrot Paul Bert. J’aime beaucoup la cuisine de Chez Mamy, une vraie cuisine de grand-mere avec le lieu qui va avec, le comptoir pour l’apero et les tablees de famille ou de copains. Partout dans le quartier, on se sent comme chez soi.


le mas de pierre hotel






Related topics:

the enzian inn leavenworth

bryce national park hotels

hotel domus garni

hotel royal terme ischia

white house inn and spa napa

bed and breakfast nc coast

bed and breakfast poole



- 07:34 - Komentari (0) - Isprintaj - #

<< Arhiva >>

Creative Commons License
Ovaj blog je ustupljen pod Creative Commons licencom Imenovanje-Dijeli pod istim uvjetima.

Blog.hr koristi kolačiće za pružanje boljeg korisničkog iskustva. Postavke kolačića mogu se kontrolirati i konfigurirati u vašem web pregledniku. Više o kolačićima možete pročitati ovdje. Nastavkom pregleda web stranice Blog.hr slažete se s korištenjem kolačića. Za nastavak pregleda i korištenja web stranice Blog.hr kliknite na gumb "Slažem se".Slažem se